samedi 13 décembre 2008

PINARBOJ

fr: LE PIN
eo: LA PINARBO
jp: MATSU

SOIN AUX PINS


Les pins sont un trésor dans un jardin. J'ai entendu dire que le jardinier d'un de mes amis lui interdisait de toucher aux pins: seul le spécialiste peut s'en occuper. Ici, on met des tuteurs aux branches pour qu'elles soient droites, on arrache les aiguilles pour que la forme soit ronde orientée vers le haut. Avant l'hiver, on soutient les branches pour éviter qu'elles ne se rompent sous l'effet de la neige en plaçant une tige de bambou au milieu de l'arbre, de laquelle tombent des ficelles qui servent à attacher les branches.

FLEGADO DE PINARBOJ

Pinarboj estas trezoro en ghardeno. Mi aùdis, ke la ghardenisto de iu amiko malpermesis al li tushi la pinarbojn: nur fakulo povas okupighi pri tiu flegado. Chi tie oni metas portilon, gvidilon, laù la branchoj, por ke ili kresku rektaj, oni forprenas la pinglojn, por ke la formo estu ronda kaj iru alten. Antaù la vintro oni subtenas la branchojn por eviti, ke la pezo de la negho rompu ilin. Celante tion, oni metas bambuan stangon en la arbon kaj el ghia supro falas shnuroj, kiuj utilas por bindi la branchojn.




2 commentaires:

Katia a dit…

Wow! C'est fascinant l'attention prêtée à ces êtres végétaux... j'admire vraiment cette attitude culturelle asiatique de respect envers l'environnement. C'est une chose que l'on devrait faire grandir dans nos sociétés. Espoir & actions!

Mirejo a dit…

Mirejo réagit:
Attention prêtée à des êtres vivants: oui. Respect? J'ai des doutes. En effet, les arbres sont dressés comme des bêtes de cirque, on s'occupe d'eux en les mutilant, comme on coupe la queue aux chiens... Au final, l'arbre est totalement travaillé par l'homme, il devient une pièce de musée, un trésor, et il est toujours et encore naturel.... ça, c'est l'art japonais! Mais si un coup de vent lui rompt une branche, le jardinier n'en dort plus comme le propriétaire d'un cheval de course quand le cheval a des colliques... Ces jardins atteignent une beauté à couper le souffle. A la villa Katsura (Kyoto), il y a à l'entrée des dalles qui, quand on marche dessus, massent votre corps et vous préparent à découvrir la beauté du jardin. Durant cette marche, une petite colline construite exprès vous cache la villa... Après ce prélude de marche, vous êtes prêt à recevoir le spectacle et à admirer la maison et son jardin... un rêve... J'y suis allée et j'ai dû pleurer...